Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Pour tout ce qui ne concerne pas les AMHE.
Messages: 192
Inscription: Jeu 7 Mar 2013 15:09

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar ctrlx » Jeu 4 Déc 2014 09:33

samaxl a écrit:on vomit ad nominem et ce depuis des années une personne (Olivier pour ne pas le nommer) me débecte un poil...

Il faut peut-être éviter de jouer les victimes, alors que certains usent simplement de leur droit à critiquer des écrits (ses cours sont peut-être très bien). Il est membre de l'AAF (qui n'est pas grand chose), il fait partie de la commission escrime artistique de la FFE, alors on va éviter qu'il nous la joue rebelle envers et contre tous (avec ce style de phrase Et oui, ces derniers temps on pourrait croire que l’évolution n’est l’attribue qu’une poignée d’apparatchiks amateurs.).
Il est normal quand on vise un écrit de le faire ad nominem, c'est-à-dire qu'on identifie plus ou moins l'auteur (à distinguer de ad hominem).

samaxl a écrit:Pour ma part, je trouve celle ci d'une sincérité intellectuelle très importante au niveau de sa démarche :

C'est bien toute la question.
Je ne vais pas revenir sur la "voie" (andare), je l'ai expliqué juste avant, mais sur le graphique intitulé l'apport des maîtres d'armes dans la théorie de l'escrime moderne. Il balance une trentaine de noms d'auteurs qui seraient déterminants : or, manifestement, il y en a qu'il n'a pas lu et qu'il a pioché un peu au hasard (Letainturier n'est pas un auteur de théorie sur l'escrime, ni Laborie ! l'intérêt de Mendez ou Mérignac, on peut en discuter aussi par rapport à la théorie; des erreurs factuelles sur Angelo et l'Encyclopédie, etc.) et qu'il ne connait pas (certains pas maître d'armes). Donc, c'est bien gentil de monter en chaire pour expliquer aux ignorants, puis de préciser que ce n'est qu'une question de tournure, mais là, on peut quand même s'interroger sur l'honnêteté intellectuelle de la démarche de bout en bout.
Cela fait juste un peu flagrant délit sur des éléments très précis (mais notre ami préfère répondre de manière très floue).
Et ce n'est pas la première fois, la réponse, c'est toujours la même : "Vous m'avez mal compris" : eh ben, j'ai envie de répondre, que si on te comprends mal mon coco, c'est que tu t'exprimes mal, et vu que tu te veux le champion de la pédagogie, il faut te poser des questions.

samaxl a écrit:on sait d'où il parle, et sa parole est une parole de technicien... Effectivement, elle peut (et doit) rentrer en confrontation avec celles, plus sciences mollesques, des autres spécialistes historiens et autres de la discipline, et quand Olivier nous livre une interprétation, il faut savoir la prendre pour ce qu'elle est : l'interprétation d'un technicien qui vaut autant (autant = ni plus, ni moins pour les esprits chagrins qui ont besoin d'une traduction de texte) que celle d'un universitaire dans une publication...

Non, cela, c'est trop facile, c'est l'image qu'il veut donner ; il veut réduire le débat à ça : lui, ce serait un technicien, les autres, ce serait des universitaires, et donc ce serait une incompréhension culturelle : lui tout seul contre tous, et incompris.
D'abord, sur la technique, j'aimerais bien la voir : le fleuret à la main, dans le cœur de ce pourquoi il est diplômé et qu'il revendique si fort, si elle se sent si bien que ça sa technique - je crains de ne pas être impressionné. Et puis, franchement, la légitimité que donnerait l'éventuelle maîtrise de la technique du fleuret par rapport une escrime du XVe siècle.... Pfffffffff.
Ousqu'il a vu des historiens notre ami ? Bien sûr, il y a quelques universitaires en histoire, mais pour le reste, il n'y a que des amateurs, qui font des efforts, eux, pour éviter de sortir trop d'énormités (le "professionnel" devrait s'en inspirer).
Un maître d'armes qui arrive et qui dit je vais vous expliquer quelque chose, cela ne pose pas de problème : Olivier Delannoy l'a fait, et il a travaillé pour ça. On regarde son travail, pas lui d'où sort.

En résumé, mon ami, on juge sur pièce pas sur titre.

samaxl a écrit: Vous n'êtes pas d'accord avec lui ? Tant mieux, écrivez vous, discutez en, allez boire un coup ensemble, et surtout confrontez vos idées

J'aime ta conception du débat.
Quand tu oses t'adresser au maître, tu baisses les yeux ?
Dans la mesure où les responsables de ce forum modèrent mes messages a priori et les modifient avant qu'ils soient visibles, veuillez bien considérer que je n'en assume ni la paternité ni la responsabilité.

Messages: 912
Inscription: Sam 25 Fév 2012 11:52

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar Pierre al Chaize » Jeu 4 Déc 2014 17:17

@ Samaxl: C'est vrai qu'opposer l'approche historique et l'approche technique n'a pas grand sens, surtout dans le domaine d'un savoir qui se veut "historique" (bruit de trompettes célestes). L'approche technique étant un vrai problème, puisque les AMHE recréent, et n'adaptent pas un savoir existant à des conseils anciens. Sauf si on pense en termes de "meta escrime", mais bon, c'est pas le but de tous (en tout cas, pas le mien, et tout le monde s'en fout). A titre personnel, je suis historien (donc pas pro, mais un peu quand même) des arts martiaux entre le 14e et le 16e siècle, spécialité traditions martiales. Je peux donc parler de certaines choses où je me suis spécialisé, sans m'appuyer sur autre chose qui n'a rien à voir.

Pour Vadi, je dirais ce que j'ai dit ailleurs: j'ai écris une critique de ce bouquin. J'ai été conspué et même menacé pour l'avoir écrite. Mais j'ai donné mon avis. Notamment sur le manque de contextualisation (la sprezzatura n'est pas le bushido, tout ca tout ca, oui, je me répète). Sur les liens entre escrime et théorie de Vadi, qui pourtant sont à creuser, mais sur une autre forme "ca ressemble à ce que je connais, c'est donc identique à ce que je connais".

Ce que je note, c'est que Olivier P. Gracia a beaucoup avancé depuis la méthode catalane, qui était franchement ridicule, et ce à un moment où existaient déja bon nombres d'initiatives AMHE. Le livre sur Vadi est un sacré pas en avant, même s'il est encore marqué par ce manque de contact entre la masse des recherches actuelles et l'approche isolée de O.P. Gracia. Que peut on dire de plus ? Que l'auteur a du mal à se faire comprendre des amateurs d'AMHE ? C'est certain. Que Scholie/Lionel/CtrlX est un cas désespéré de troll qui lève de bonnes problématiques mais pourrit toute discussion par son gout de la polémique de merde ? C'est encore plus certain. Que j'en ai marre de passer pour le méchant, ça c'est sûr à 100% (et j'attends presque avec ennui la réplique à cette dernière phrase).

Au final, ce qui compte, c'est que tout ça ne compte pas. Personne ne lit personne, personne ne comprend personne et le gâteau est déjà mangé.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 8
Inscription: Lun 27 Mai 2013 19:20

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar samaxl » Jeu 4 Déc 2014 17:46

Ne t'inquiètes pas pierre Alexandre, tu n'es ni le méchant ni le troll de l'histoire... Au contraire je reconnais ton boulot, que j'apprécie, tout comme l'article même si je le trouve par moment un peu brut de décoffrage... mais ceci n'est qu'avis personnel qui, effectivement, n'a que peu d'importance...

Messages: 192
Inscription: Jeu 7 Mar 2013 15:09

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar ctrlx » Jeu 4 Déc 2014 18:13

Et voilà, finalement, on est tous d'accord.
L'auteur du blog va pouvoir continuer à s'exprimer, et dans ce sujet on pourra y livrer des commentaires critiques (qui ne seraient pas publiés sur son site...), ce qui le poussera sans doute à veiller à la qualité de ces propos.
Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Dans la mesure où les responsables de ce forum modèrent mes messages a priori et les modifient avant qu'ils soient visibles, veuillez bien considérer que je n'en assume ni la paternité ni la responsabilité.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 8
Inscription: Lun 27 Mai 2013 19:20

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar samaxl » Ven 5 Déc 2014 11:13

La critique, tant qu'elle est constructive, ne me pose (et ne pose à Olivier, je pense...) aucun soucis dans la mesure où elle est formulée d'une manière entendable et respectueuse de l'autre (les "c'est de la merde", "sombre dingue" et autre joyeusetés sont à mon avis à bannir si tu veux un discours constructif, productif et éviter de t'en prendre une dans la tronche parce que vu le niveau d'agressivité, de temps en temps cela démange un peu...)... Si la trollitude est et reste la règle, personnellement, je n'en ai rien à cirer: Tous les beaux discours, critiques (même fondés) si ils enrobés de diarrhée verbale aussi gerbante que pédante entraînent un rejet immodéré et des réactions viscéralement négatives, et c'est bien normal... En revanche, des discussions posées, sereines et pondérées créent du lien, du liant, du sens et permettent un échange constructif... Cela fait un peu bisounours, mais c'est quand même plus sain... J'ai salement l'impression que chacun reste sur ses positions car aucun n'est capable de faire un pas vers l'autre... Ce qui m'emmerde gravement c'est que je reste persuadé que vous êtes capables de construire quelque chose ensemble qui puisse avoir de la gueule, tout en trouvant et restant à votre place, mais ce n'est pas en vous pourrissant la tronche que cela va avancer. Chacun a ses défauts, ses failles, mais bordel, vous bossez sur la même matière et, même si vous n'êtes pas d'accord, est-il nécessaire de se sataner les rotules pour que vous puissiez avancer ???
Pour finir, NON CtrlX, je ne baisse pas les yeux devant mon Maître d'Armes, de temps en temps, je m'engueule avec parce que je ne suis pas d'accord, je critique, je chipote, je le remet en question et je le respecte... C'est juste cela être civilisé... J'espère que je ne gueule pas dans le désert, mais au demeurant, ce n'est pas grave...
Dernière édition par samaxl le Ven 5 Déc 2014 13:35, édité 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 8
Inscription: Lun 27 Mai 2013 19:20

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar samaxl » Ven 5 Déc 2014 13:22

Quoique, bien réfléchi, effectivement je baisse les yeux vu qu'il est plus petit que moi...

Messages: 192
Inscription: Jeu 7 Mar 2013 15:09

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar ctrlx » Ven 5 Déc 2014 14:00

samaxl a écrit:La critique, tant qu'elle est constructive

La notion de "critique constructive", très à la mode, ne signifie strictement rien.
Celui qui critique (c'est-à-dire donne son appréciation), ce n'est pas son problème de construire ou de détruire, son problème, c'est juste d'expliquer, d'argumenter pour convaincre.
Construire, c'est la question de celui qui a fait et qui propose.

samaxl a écrit:aucun soucis dans la mesure où elle est formulée d'une manière entendable et respectueuse de l'autre (les "c'est de la merde", "sombre dingue" et autre joyeusetés sont à mon avis à bannir

Nul part, je n'ai lu dans les pages qui précèdent : "c'est de la merde", "sombre dingue". C'est juste malhonnête de l'insinuer. (le mot "folklorique" y est plusieurs fois, de manière assumée, et il est à prendre dans tous ses sens, puisqu'il est utilisé à juste titre).
Malheureusement, quand on pointe du doigt un défaut, d'expérience, je me rend compte que la réaction la plus fréquente (mais pas systématique), c'est la dénégation, c'est le faux-fuyant (ou du style ! "ce n'est pas grave", "cela n'a pas d'importance" - tout est relatif effectivement).
Alors ?
Voilà ce qu'on peut faire contre ça. On écrit un commentaire un brin provocant (sinon, cela ennuie tout le monde) en mettant des vrais morceaux d'arguments dedans, bien justifié. Et on attend.
Et cela ne loupe pas, on obtient quelqu'un d'outragé qui crie au complot, à l'insulte (imaginaire)...

Qu'est-ce que j'ai obtenu avec mes commentaires des articles du blog ? 1. Quelqu'un qui refuse d'entrer dans l'arène et envoie un second couteau pour faire part de son outrage. 2. Quelqu'un qui fait un article de réponse dans lequel surtout il ne répond pas.
Et j'insiste sur ce second point : j'aimerais qu'on parle du fond, pas de la forme. Je n'obtiens pas de réponse quand je parle sur des éléments précis du graphique : dire c'est juste une tournure destinée à des escrimeurs ignorants, c'est prendre les gens pour des imbéciles. Et sur "Croiser le fer", et sur la traduction d'"Andare" par voie, etc.
On n'a beaucoup d'agitation (concernant la forme), mais jamais de réponse (concernant le fond).
C'est le coup le plus jouissif en escrime : la pointe en ligne. Tu provoques l'autre, tu tend le bras juste au bon moment pour qu'il s’enferre tout seul. Il s'enferre parce qu'il ne répond pas sur le fond, sur le dur, sur ce qui importe vraiment.
S'il n'avait pas tort, il répondrait sur le fond.

samaxl a écrit:je m'engueule avec parce que je ne suis pas d'accord, je critique, je chipote, je le remet en question et je le respecte... C'est juste cela être civilisé...
...
éviter de t'en prendre une dans la tronche parce que vu le niveau d'agressivité, de temps en temps cela démange un peu...

Au mieux, c'est ce que j'appelle un défaut de cohérence dans le discours.

samaxl a écrit:Quoique, bien réfléchi, effectivement je baisse les yeux vu qu'il est plus petit que moi...

On sent l'amour que vous lui portez, surtout par votre guerre d'édition pour l'empêcher de disparaître de wikipédia.
Dans la mesure où les responsables de ce forum modèrent mes messages a priori et les modifient avant qu'ils soient visibles, veuillez bien considérer que je n'en assume ni la paternité ni la responsabilité.

Avatar de l’utilisateur
Messages: 8
Inscription: Lun 27 Mai 2013 19:20

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar samaxl » Ven 5 Déc 2014 15:39

Voilà le summum de la courtoisie en marche...
Allez, fait un essai avec tes petits doigts, va voir ton ami google et tape "patrouix" et "sombre dingue", puis suis la conversation... Je te passerai la suite, mais si tu creuses un peu et surtout relis réellement ce qui est écrit, tu pointeras finalement tes propres incohérences...

Bon allez, bonne nuit le troll... Et j'espère que tu prends ton pied (cela a l'air d'être bien jouissif ton truc, à la limite du pathologique...), parce que là tu es en train d'atteindre des sommets...

Tant pis... Pour ma part, ce type de réaction ne fait que confirmer mon précédent et futur mutisme... Je me bornerai donc à ce que j'ai jusqu'alors fait : réseau FB et MP... Mais bon, plus envie de m'emmerder, et en plus j'ai piscine...

Messages: 192
Inscription: Jeu 7 Mar 2013 15:09

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar ctrlx » Ven 5 Déc 2014 18:23

samaxl a écrit:Allez, fait un essai avec tes petits doigts, va voir ton ami google et tape "patrouix" et "sombre dingue", puis suis la conversation... Je te passerai la suite, mais si tu creuses un peu et surtout relis réellement ce qui est écrit

Ce qui ne fait que confirmer mon propos : "Nul part, je n'ai lu dans les pages qui précèdent : "c'est de la merde", "sombre dingue"".
Je ne suis pas garant (ni forcément lecteur) de ce qui se dit ailleurs sur ce forum. D'ailleurs, j'ai l'impression que l'expression de "sombre dingue" n'était pas forcément utilisée de manière péjorative (il aurait mieux valu "doux dingue").
Donc, toujours le même problème : je suis précis dans ce que je dis, vous êtes flou, vous jouez la théorie du complot, alors qu'en face, vous avez des gens très différents qui ne forment pas vraiment un groupe homogène.

En matière d'AHME, il y a trois manières de crisper les gens.
1. Confondre les AMHE et l'escrime artistique : cette dernière a tout à gagner de loucher du côté AMHE pour se donner un air de crédibilité qui fait oublier la grande médiocrité de ce qu'on voit (pas toujours, mais quasiment - et je parle en termes tant de technique que de spectacle). Les AMHE, eux, n'ont qu'à y perdre de ce rapprochement avec le folklore.
2. S’auréoler de sa pratique d'arts martiaux historiques orientaux (AMO) pour verser dans le syncrétisme. Ce qui n'interdit pas d'avoir fait des AMO ; quand Pierre Al dit qu'il a fait du Kendo, c'est un élément de CV, il ne prétend pas que c'est ce qui fait qu'il est bon en AMHE
3. Concevoir les AMHE au travers du filtre de l'escrime moderne.

A des degrés divers, Olivier Patrouix-Gracia peut crisper sur les trois points.
1. Pour l'escrime artistique, cela a été un peu le problème de son traité de combat médiéval : il aurait dit carte sur table, c'est de l'escrime pour monter des combats médiévaux de spectacle sans se faire mal, je pense qu'il n'y aurait pas eu une seul personne des AMHE qui aurait fait le moindre commentaire. Quand Michel Palvadeau écrit sur l'escrime artistique, ce n'est pas le problème des AMHE, on a rien à dire.
2. Pour les AMO, il l'utilise quand même plus comme un élément de CV, mais il ferait quand mieux d'arrêter d'utiliser le terme de "spiritualité" ou de "voie". Petite ambiguïté désagréable (qui fait très Jedi).
3. Le rapprochement avec l'escrime moderne, là est est le grand grand reproche. Et venant de ce côté-là et ayant failli verser dans ce style d'hérésie, j'y suis particulièrement sensible. On ne peut en aucun cas se baser sur la grille que nous donne l'escrime sportive pour comprendre une autre escrime. Il faut rentrer dans les concepts de l'époque : il y a des choses qui peuvent correspondre, mais il faut se méfier, c'est source d'erreurs.

Le problème de Olivier Patrouix-Gracia, c'est qu'il est trop focalisé là-dessus. Il le dit dans cet entrevue : http://dai.ly/xubuk4 ; pour lui, la technique de l'escrime moderne, c'est la même que celle de l'escrime du 15e siècle. Là, c'est une grosse erreur. Déjà simplement parce que l'escrime moderne est asymétrique, alors qu'avec une épée à deux mains, elle est symétrique : donc, déjà, techniquement, c'est plus la même chose. Après : distance, temps, etc., on peut voir des points communs, mais c'est la même chose dans tous les sports de combat, et ce n'est pas pour autant qu'un prof de boxe deviendrait légitime à discourir sur l'escrime du 15e siècle. Et dans son premier livre, c'est ce qu'il faisait : il utilisait des notions d'escrime moderne pour parler d'escrime médiévale.

Et le côté très désagréable à tout ça, c'est l'impression qu'Olivier donne par son discours : 1. Je suis maître d'armes, 2. Les maîtres d'armes sont les experts de la technique, 3. La technique est la même pour tout forme d'escrime, 4. Donc, il n'y a que moi (MA) qui suis à même de discourir sur l'escrime médiévale. Et là, c'est la levée de bouclier parce qu'il est parti d'une prémisse fausse pour tirer la couverture à lui.

Et quand je lis ce style de phrase sous sa plume : "les tournures de phrases étaient d'avantage dirigées vers un public escrimeur et escrimeurs ignorants de notre histoire". Eh bien, j'ai l'impression qu'il dit : je raconte n'importe quoi mais vu que j'ai à faire à des gogos n'y connaissent rien, ce n'est pas grave.
Et cela n'aide pas pour sa crédibilité, et après, moi, je me dis, je n'ai pas envie d'investir dans son livre sur Vadi (surtout qu'il y a déjà un beau travail de disponible). Et c'est juste un a priori, parce que comme je n'ai pas lu ce livre, je ne peux pas le critiquer.

samaxl a écrit:confirmer mon précédent et futur mutisme...

Cela ne m'étonne pas. J'ai cité votre guerre d'édition sur wikipédia, et plutôt que de répondre, c'est la fuite.
Comme d'hab.
Dans la mesure où les responsables de ce forum modèrent mes messages a priori et les modifient avant qu'ils soient visibles, veuillez bien considérer que je n'en assume ni la paternité ni la responsabilité.

Messages: 192
Inscription: Jeu 7 Mar 2013 15:09

Re: Des AMHE à l’escrime moderne : sous le signe du Dragon

Messagepar ctrlx » Mar 9 Déc 2014 15:33

Bien, revenons à nos moutons, c’est-à-dire aux propos de notre cher bloggeur. Alors, non seulement il blogue mais il fait aussi des entrevues.
à 5’38" à partir du 16e siècle, on commence à avoir des théories (… on dira même biomécanique ) sur la projection de la jambe avant qui s’appelle le développement qui ensuite prendra le nom de fente

Aïe ! recalé ! Un maître d’armes ne confondrait pas développement et fente.
Voir le règlement de Joinville de 1908 : « Le déploiement du bras, suivi de la fente, constitue le développement. »
Ou alors, puisque notre ami les cite dans son fameux graphique, Cléry et Thirioux reprennent texto la définition de 1908.
Dans les fiches de l’Éducateur de la FFE, on a : « allongement coordonné du bras avec la fente »

Et voilà les conséquences que cela a quand on fait une conférence.
à 3’10" dans http://youtu.be/IrjJuIw45L4 : Je peux toucher mon adversaire en envoyant la jambe en avant. Alors, d’après les écrits, la fente ne serait pas une fente sportive.

Là, vu qu’il n’y a que des "ignorants", comme ils les appellent, personne ne vient lui toucher l’épaule par derrière pour le prévenir gentiment qu’il était bien en train de montrer une fente, même une "fente sportive" : dommage.
Cela se nomme une contradiction , et c’est ce qui finit par arriver en cherchant absolument à tout caser dans les concepts modernes.

à 8’39’’ le questionné et blogueur : Le Vadi, il est vraiment axé sur les techniques historiques.
à 8’55’’ Réflexion du questionneur : [les historiens] sont jaloux, parce qu’ils sont pas patriciens mais t’as pas payé la taxe, alors du coup, ils te critiquent.
à 9’06’’ Réponse du questionné et blogueur : Les remarques qui me sont faites sont preuve d’un manque de pratique ou de connaissance de l’escrime avérée.

Pleins de prémisses encore fausses : la plupart des personnes qu’il vise ne sont pas des historiens, mais des amateurs qui suivent une démarche plutôt historique, en faisant forcément des allers-retours entre l’épée et la plume, et qui ont peut-être un nombre d’heures de pratique par semaine supérieure aux siennes. Sous-entendre qu’il n’y aurait que des personnes plongées le nez dans des bouquins (ce qui existe aussi), c’est un gros amalgame. En fait, notre ami n’a toujours pas compris que plein de gens font exactement ce qu’il croire faire seul, et depuis des années, et qu’ils seraient capables de lui mettre une branlé l'épée à la main, sur un plan technique (il s’entend), chacun dans son domaine de spécialisation.
Et pour "l’escrime avérée", Je ne sais pas ce que c’est, je ne le trouve pas sur la carte.

à 10’20’’ : … L’interprétation que je donne du temps d’escrime qui est maintenant admis par tous qu’ils soient allemands, italiens, sénégalais, français … le temps d’escrime, c’est le temps d’exécution d’une action simple

Merveilleux, je ne savais pas qu’Olivier Patrouix-Gracia avait écrit le règlement technique international, en son article t6 : « Le temps d'escrime est la durée d'exécution d'une action simple. ». Et vu que j’ai une copie du règlement de 1955 où cette définition figure, cela signifie que sa définition a été reconnue internationalement au moins 20 ans avant sa naissance.
Qui sait, il est peut-être aussi la réincarnation de Vadi.

Autre chose juste un peu embêtante : définir le temps à partir de la notion moderne d’action simple… alors qu’il reste à définir ce qu’est une action simple chez Vadi…

à 10’20’’ : Quand on essaie de me contrer ou de critiquer ce principe du temps d’escrime, c’est juste en fait pour asseoir d’avantage leur théorie boiteuse, voilà ; qui sont issues de théories allemandes…

Donc, j’en déduis que selon lui les théories allemandes 14e-16e sont boiteuses. Dont acte, à la poubelle, les concepts de vor, nach, indes... Rassurez-vous, il précise ensuite qu’il ne les connait pas (donc ils sont forcément foireux...).
Le problème, c’est que ce monsieur prétend avoir trouvé la vraie et bonne interprétation du demi-temps (et je ne vois pas d’ailleurs en quoi elle serait fausse, si ce n’est qu’il fait un détour inutile par la théorie moderne). Et oui, parce que vu que les auteurs italiens postérieurs, aux 16e-17e, l’ont bien reprise et expliquée, ce serait quand même dommage de ne pas comprendre après se l’être fait bien rabâché par tous ces traités.
D’ailleurs, si notre auteur en herbe avait lu d’autres ouvrages sur Vadi, tel l’arte gladatoria dimicandi de Porzio et Mele paru en 2001 (seulement 12 ans avant lui) ou L' arte cavalleresca del combattimento de Rubboli et Cesari paru en 2001 (encore 12 ans avant), peut-être aurait-il été d’accord avec leur explication du demi-temps (en page 22 pour les premiers, en page 81 et 85 pour les seconds).
Je suppose que la traduction en français de Vadi par Pierre-Alexandre en 2008 (5 ans avant) ou par Gautier Petit (3 mois avant), elles doivent refléter qu’ils n’ont sans doute rien compris aux concepts de temps et de demi-temps, vu qu’ils n’ont pas été éclairé à temps par celui qui a écrit le règlement international.

à 11’11’’ : J’ai quand même une formation en langue et civilisation espagnole

Ah là, c’est sûr que pour traduire l’italien de Vadi !... (vous étiez bien dans un bar quand vous disiez cela ?)
J’attends de trouver l'espagnol qui nous expliquera qu’il traduit Saint-Didier du français en espagnol... parce qu’il a une formation en langue et civilisation italienne.

En résumé, Olivier Patrouix-Gracia traduit l’italien parce qu’il maîtrise l’espagnol, et il enseigne l’escrime médiévale parce qu’il est maître d’armes pour le fleuret.
Dans la mesure où les responsables de ce forum modèrent mes messages a priori et les modifient avant qu'ils soient visibles, veuillez bien considérer que je n'en assume ni la paternité ni la responsabilité.

PrécédenteSuivante

Retourner vers Divers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité