Pourquoi la langue française en escrime ?

Pour tout ce qui ne concerne pas les AMHE.
Messages: 18
Inscription: Lun 9 Fév 2015 11:54

Pourquoi la langue française en escrime ?

Messagepar l'oisiveté » Mar 3 Mar 2015 10:24

Voilà, comme ce forum abrite un vivier d'historiens de l'escrime, je viens demander votre avis sur cette question :
Comment la terminologie française s'est infiltrée dans l'escrime européenne avant l'avènement de l'escrime olympique (comme le montre par exemple cet article de P-A Chaize) ?
Je ne suis pas qualifié en la matière, du coup, je ne sais pas si l'étiquette exige de moi que je partage mes propres idées (genre, j'ai fait mes devoirs) ou que je demeure silencieux...
Je vais opter pour la première solution ; Internet a prouvé que pour obtenir des réponses, il n'y avait rien de plus efficace que des affirmations erronées.
- La France, devenue grande puissance, fait la pluie et le beau temps (noblesses européennes francophones)
- La supériorité supposée d'une école française à un moment donné dans un contexte précis
- La vivacité de/des écoles françaises (prolifération de traités ?) à une certaine période (hop, j'évite maladroitement la répétition de "à un moment donné")

Messages: 192
Inscription: Jeu 7 Mar 2013 15:09

Re: Pourquoi la langue française en escrime ?

Messagepar ctrlx » Mar 3 Mar 2015 19:29

l'oisiveté a écrit:Voilà, comme ce forum abrite un vivier d'historiens de l'escrime, je viens demander votre avis sur cette question :
Comment la terminologie française s'est infiltrée dans l'escrime européenne avant l'avènement de l'escrime olympique (comme le montre par exemple cet article de P-A Chaize) ?
Je ne suis pas qualifié en la matière, du coup, je ne sais pas si l'étiquette exige de moi que je partage mes propres idées (genre, j'ai fait mes devoirs) ou que je demeure silencieux...
Je vais opter pour la première solution ; Internet a prouvé que pour obtenir des réponses, il n'y avait rien de plus efficace que des affirmations erronées.
- La France, devenue grande puissance, fait la pluie et le beau temps (noblesses européennes francophones)
- La supériorité supposée d'une école française à un moment donné dans un contexte précis
- La vivacité de/des écoles françaises (prolifération de traités ?) à une certaine période (hop, j'évite maladroitement la répétition de "à un moment donné")

La première question, c’est tout simplement : est-ce vrai ? La terminologie française a-t-elle vraiment « infiltré » l’escrime européenne ?
Et la réponse, c’est évidemment : non !!! Parce que les termes français ne sont qu’une resucée des termes (concepts) italiens : garde, mesure, temps, riposte, dégagement (adaptation de cavare)… L’école française s’inscrit dans une continuité de l’italienne. On va prendre les concepts, nettoyer en abandonnant certains, en affinant d’autres. Mais à la base, si on ne peut pas dire que notre escrime vient de l’école allemande (moyen âge renaissance), on peut dire quand même qu’elle sort de l’italienne : on sait bien qu’on a été nous-mêmes fascinés par tout ce qui était italien au XVIe et notamment l’escrime. C’est Montaigne lui-même qui l’a écrit : « Nous allons apprendre en Italie à escrimer ». Par la suite, ce n’est plus la même escrime que l’italienne, parce qu’on change simplement d’armes, donc on doit adapter les concepts aux besoins.

Donc après, pourquoi l’école française exerce une certaine domination ?
Je ne pense pas qu’on a inventé les épées plus courtes et plus légères les premiers. Je ne pense pas qu’on a inventé un enseignement ad hoc en premier. Je ne pense pas qu’on se soit battu plus en duel que les autres européens. Je ne pense pas qu’on a été meilleur par rapport aux autres. On aurait écrit plus de traité que les autres ? A mon avis, faux : sur deux siècles, on n’a pas grand-chose : moins de trente traités. Il faudrait compter ce qui a été publié ailleurs et comparer.
Je pense essentiellement que cela vient d’une domination culturelle à certaines périodes (le français, langue de la diplomatie et de l’escrime), la même qui fait qu’aujourd’hui, on est assez stupide pour qualifier de « selfie » un simple autoportrait, et pour abîmer notre langage et surtout notre pensée par tout un tas de termes empruntés au globish, alors qu’on possède une langue claire et magnifique pour s’exprimer sans cela.

Donc, je reviens à Montaigne qui disait que les français (enfin, une catégorie) allaient tous en Italie, dont notamment pour l’escrime ; ou alors on importait des maîtres italiens. La question, c’est : y a-t-il eu un équivalent français.
Oui, on a exporté du maître d’armes français : Angelo (bon, il est italien) ou Olivier expédiés en Angleterre, Jamain de Beaupré en Allemagne, Saint-Martin en Autriche, Freuville ou Grisier en Russie…
Par contre, est-ce que les étrangers venaient en France pour l’escrime ? La question est plus difficile. Bon, il est connu que les jeunes nobles faisaient leur tout d’Europe pour faire leur formation. Mais on a une indication intéressante par rapport à l’escrime : le Liber amicorum de Pierre Baullain, maître d’armes à Angers au début du 17e siècle (1613-1636).
Dans ce Liber amicorum (massacré au 19e par un conservateur qui a découpé les feuillets n’importe comment), ce sont essentiellement les blasons d'étrangers, allemands, anglais, flamands, hollandais, danois et suédois. Le plus célèbre étant Alexander van der Capellen, qui passe à Angers quand il avait une vingtaine.
Mais que venait-il tous foutre à Angers à cette période ??? C’est déjà un mystère : mais apparemment, ils pensaient à fréquenter les salles d’armes…
Dans la mesure où les responsables de ce forum modèrent mes messages a priori et les modifient avant qu'ils soient visibles, veuillez bien considérer que je n'en assume ni la paternité ni la responsabilité.

Messages: 18
Inscription: Lun 9 Fév 2015 11:54

Re: Pourquoi la langue française en escrime ?

Messagepar l'oisiveté » Dim 8 Mar 2015 05:57

Merci pour cette réponse
Donc, je retiens juste la première piste : rayonnement culturel de la France à ce moment.
J'avais pensé qu'éventuellement, profitant du rayonnement sus-cité, l'affirmation d'une école française (épée seule, escrime d'estoc, systémétisation de la fente..?) adaptée à l'évolution des moeurs de l'époque (port de l'épée de cour) avait pu peser dans la balance.

Retourner vers Divers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité